Zoom sur plus d’informations

Tout savoir à propos de plus d’informations

S’occuper du sol, c’est le job même du jardinier avant même de planter. Il s’agit avant tout de connaître la stratification de la terre afin de l’enrichir si besoin : le sol sera argileux, calcaire, sableux ou encore humifère. Les besoins diffèrent selon sa nature. En cas de doute, vous pouvez faire mesurer un échantillon de terre auprès d’un laboratoire d’analyses. le plus simple serait finalement de s’approcher de la composition suivante : 60 % sable, 20 % argile, 10 % calcaire et 10 % humus. En effet la terre doit rester de qualité supérieur pour être fertile, et il sera judicieux de l’enrichir en y offrant ponctuellement du compost, du fumier, de la tourbe ou du terreau. La quantité nécessaire à l’amendement dépendra correctement de la nature du sol et de ses futures plantations, certaines étant plus que d’autres. Les bases du jardinage passent à chaque fois par le sol, mais enrichir la terre ne suffit pas, il faudra également laver le jardin, l’aérer, le bêcher mais sans pour autant retourner la terre afin de ne pas la déséquilibrer. Après avoir ôté la mauvaise herbe, c’est une phase importante pour faciliter la circulation de l’eau dans un trou par terre. l’idéal sera de le faire deux fois, ainsi la terre sera mieux amendée, drainée, plus souple et les plants devront prendre alors plus facilement racine. Entre chaque phase, laissez un temps de repos à la terre.

Sais-tu que le jardinage a des avantages surprenants, particulièrement sur la forme ? En plus de nous faire prendre de l’air, mettre les mains dans la terre procure une ornée de sérotonine, un antidépresseur naturel produit par nos neurones. Et si jardiner est bon pour le moral, il est tout aussi intéressant pour le climat ! On t’explique pourquoi et on t’indique quelques gestes à adopter maintenant pour te faire du bien à toi… ainsi qu’à la planète ! Un potager écologique, ce n’est pas qu’une affaire de légumes ! Tu peux y planter aussi des plantes autochtones, comme l’asclépiade ou l’amélanchier, qui contribuent à préserver la biodiversité tout en augmentant la résilience des écosystèmes. Certaines fleurs ne peuvent se reproduire sans l’intervention d’un pollinisateur ( animaux, chauves-souris ou oiseaux ), elles ont donc besoin d’un centre de vie qui leur est favorable. Autrement dit, planter un peu de tout aide ton jardin à faire face aux changements climatiques avec touffue ! Étiez-vous le genre d’enfant à refiler vos petits pois à votre chien sous la table ? À simuler un mal de ventre chaque fois qu’on vous servait des choux de Bruxelles ? À commander une salade avec extra vinaigrette et sans laitue ? Si le simple fait de vieillir n’a pas changé vos sentiments face aux légumes, les faire pousser vous-même pourrait vous y amener. Une revue d’études publiée en 2017 dans le Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics a révélé que les petits qui avaient été initiés au jardinage mangeaient plus de fruits et de légumes.

Avant d’être intéressant pour le corps, jardiner est une belle manière de prendre soin de son esprit. En effet, loin des écrans et des tracas quotidiens, les bienfaits thérapeutiques du jardinage aident à réduire énormément l’anxiété. Cette activité joue de même un rôle-clé dans le développement de la confiance en soi. En effet, qui n’a jamais éprouvé une pointe de fierté en voyant se développer ses propres crudités ? il faut savoir en plus que la terre présente un taux élevé de sérotonine, autrement appelé « hormone du bonheur ». C’est donc prouvé, jardiner rend contents ! ainsi, en plus de lutter contre la dépression, cette activité rééquilibre les cinq sens et la mémoire. Un bon moyen de prévenir les maladies neurologiques telles que l’Alzheimer par exemple. Cultiver ses propres fruits et légumes, c’est la garantie d’une meilleure alimentation, plus équilibrée. Mais le jardinage est aussi une véritable activité physique qui, en plus de encourager une meilleure absorption, permet de brûler de nombreuses kcal. Il stimule le immunité tout en limitant la pression artérielle. De quoi lutter contre les risques de maladies cardiovasculaires ! par ailleurs, en jardinant vous renforcez vos os et vos muscles. C’est alors un moyen d’informer les risques d’arthrose et de polyarthrite rhumatoïde. sachez de même que cette action tonifiante agit sur l’ostéoporose.

Le jardinage inclus un élément de résolution de problèmes qui peut aider à améliorer les fonctions cognitives ainsi que la mémoire en manque et à long terme. Par exemple, le cerveau est sollicité de déterminer ce qu’il faut planter et à quel moment, d’apprendre à connaître de toutes nouvelles plantations et de découvrir de nouvelles techniques de plantation. Le jardinage permet aussi de conseiller à s’aérer l’esprit, de stimuler la perception sensorielle et de recréer la capacité de concentration. Les personnes qui s’adonnent souvent à des activités de jardinage peuvent disposer d’une meilleure santé mentale. Travailler au jardin, c’est avoir tous les sens en éveil. La vue est sollicitée par les plantations et les insectes, le toucher par la terre, l’odorat par l’odeur des fleurs et de l’herbe et l’ouïe par les bruits extérieurs. Et le goût dans tout ça ? Il ne sera pas en reste, soyez sans crainte : déguster les aromates ou picorer quelques tomates cerises, fraises ou autres délices de la nature sera l’objectif n° un des enfants au jardin ! Jardiner en famille, c’est faire découvrir la nature à vos enfants. Observer la flore et la faune est fascinant et enrichissant. Vos enfants vous poseront mille et une questions. Soyez prêts à leur répondre pour les aider à appréhender tous les rouages de la nature et n’hésitez pas à leur transmettre vos meilleures de jardinier au passage.

Pour connaitre en précision la taux et la composition de votre sol ( pH et degrés de substances alimentaires directement assimilables de votre sol ), envoyez un échantillon à votre pépinière régionale ou faites l’essai vous-même grâce à une trousse d’évaluation de sol à domicile que vous pouvez acheter dans tout autre magasin de jardinage. Les résultats vous diront à quel point votre sol est acide ou alcalin, ce qui affecte la manière dont les plantations absorbent les substances alimentaires directement assimilables. Étant donné que différentes plantations se développent mieux à différents type de pH, ce test vous aidera à décider ce qu’il faut planter ou non et vous montrera comment il faudra traiter votre sol. analysez aussi la matière du sol. Il devrait pouvoir facilement être saisissable et s’effriter dans vos mains. Si votre sol est dur ou argileux, il sera difficile pour la plupart des plantes de s’enraciner. dès lors il vous faudra le travailler en le décapant pour rajouter de la terre fraîche, du paillis et du compost. Prenez le soin d’aérer autant et aussi profondément que possible la zone avant de planter. Cultiver des légumes est une très bonne entrée en terme dans le jardinage. En effet ils ne prennent pas autant de temps à se développer que des plantations de déco, donc si vous faites une erreur, vous n’aurez pas perdu des mois et des mois de votre temps. Commencer par des tomates, des courgettes qui poussent assez aisément, ou testez tout type de fleurs simples pour votre région qui auront pu vous être recommandé. sachez que les premiers succès sont d’inspiration et cela vous offrira envie d’aller plus loin. L’objectif de ce conseil est d’éviter de vous lancer dans la plantation de plante très difficile qui peut vous freiner dans votre souhait de jardinage.

Avant toute chose, il est important de savoir quand engager votre potager. Été ? Hiver ? Quel est l’occasion ? Selon moi, la meilleure période pour revêtir sa look de jardinier est… ( roulement de tambours ) l’automne ! L’automne est l’une de mes périodes favorites. Les températures se radoucissent, les arbres bouleversent de couleur, le temps s’avère se freiner. Les feuilles tombent. Les grattoirs se préparent. Et la terre de votre potager n’attend plus que vous pour une nouvelle expédition ! Vous ne le saviez sans doute pas, mais c’est pendant la période automnale qu’il faut préparer le sol. Lorsque j’écris « préparer », je veux dire : amender, enrichir, prévoir. Certaines personnes vous épaulent de démarrer votre potager au printemps. À première vue, rien de plus logique : c’est à cette période que l’on plante et sème ses premiers légumes. Mais comme un gâteau ne peut se cuisiner sans ingrédients, des légumes ne peuvent pousser sans une parfaite terre. Et la recette miraculeux d’une « bonne terre » n’a rien de compliqué. Amendement, fertilisation, délimitation, organisation… À démarrer dès les mois d’octobre/novembre ! Nous voici à ce moment arrivés à la seconde étape de la création de votre potager : le lieu. C’est au cœur de votre jardin que se cache l’endroit idéal. Un coin tranquille où maintenir votre petit cocon extérieur. Tranquille ? Oui… mais pas que ! Pour voir grandir vos légumes à vue d’œil, vous aurez besoin d’une bonne proximité. Chaleur et lumière sont les meilleurs alliés de vos fleurs chéries. Ainsi, le lieu de votre futur potager doit rester le plus ensoleillé possible. le plus simple ? Plein Sud !

Texte de référence à propos de plus d’informations